c’est ma photo

c'est ma photo 


Archive pour mai, 2010

Eau, assainissement et hygiène

 L’approche intégrée d’ACF contre la

faim, la malnutrition et les maladies infectieuses telles la diarrhée englobe l’amélioration de l’accès à l’eau et à un environnement sanitaire adéquat, ainsi que la promotion à l’échelle communautaire ou scolaire des bonnes pratiques d’hygiène. Pour ce faire, ACF construit des points d’eau (plus de trois mille par an), des infrastructures sanitaires (chiffre équivalent) et propose de nombreuses sessions d’information et de promotion de l’hygiène.

Ouvrages de référence

Eau, assainissement et hygiène manuel-fr          manual-en

« Eau, assainissement et hygiène pour les populations à risque »

Ce livre de référence pour les situations d’urgence et de développement rassemble en un manuel didactique les trente années d’expertise d’ en programmes d’aide d’assainissement de l’eau et d’hygiène pour les populations démunies. Compte-rendu d’une recherche exhaustive et à la portée incomparable, ce manuel est disponible sur le site de l’éditeur Hermann www.editions-hermann.fr (rubrique Hors Collection) et téléchargeable en français ou en anglais en cliquant sur les miniatures ci-dessus.

 

La santé, le bien-être, la dignité et le statut économique d’une collectivité dépendent au premier chef de son approvisionnement durable en eau (y compris eau potable), de sa capacité à se doter d’infrastructures sanitaires, et de la connaissance des pratiques liées à l’hygiène ainsi que de sa capacité à mettre en œuvre ces pratiques. On estime que 1,5 milliard de personnes n’ont pas accès à de l’eau potable, tandis que 2,6 milliards de personnes (soit 42 % de l’humanité) n’ont pas accès à un système d’assainissement (toilette, etc). Il en résulte près de 3,6 millions de décès chaque année, surtout chez les enfants (chiffres OMS 2002 cités dans OMS 2008) —des morts qu’on pourrait prévenir par des mesures éprouvées, rentables et souvent peu onéreuses. Il en résulte également un préjudice en terme de santé (maladies) et de dignité des populations, qui pèse sur l’économie des états.

 

 

wash-foodsec

 

 

L’approche intégrée d’ACF pour soulager la faim ainsi que ses réponses à des situations d’urgence signifie procurer des services d’acheminement et d’assainissement aux individus, et les soutenir ou les former sur les pratiques d’hygiène.

 

ACF a acquis son expertise technique dans le secteur de l’eau, assainissement et hygiène en plus de trois décennies d’interventions sur le terrain, en promouvant de nombreuses solutions réplicables, robustes et appropriées pour les populations à risque d’être privées d’eau (y compris potable) ou d’infrastructures sanitaires.  valorise une approche développant un impact mesurable (par exemple sur la réduction quantifiée des maladies diarrhéiques), avec une couverture importante (environ 1,5 millions de personnes ont bénéficié des projets du secteur en 2007), cohérente avec les politiques nationales ou les actions d’autres acteurs humanitaires. L’approche se veut également appropriée aux populations (donc recevable en terme de culture mais aussi de capacité économique à mettre en œuvre les ouvrages et à les maintenir) et pérenne. Enfin, l’organisation s’attache à avoir une réponse rapide en cas d’urgence, avec des coûts d’intervention raisonnables qui permettent la réplication des actions. Les interventions se placent dans la gestion intégrée de la ressource, valorisant une intégration complète entre ressource, environnement et population.

Comment nous donnons accès à l’eau potable et à l’eau domestique nécessaire à l’hygiène et à l’eau agricole ?

Les projets d’ACF sont guidés par une préoccupation majeure, soit assurer l’accès à de l’eau, en particulier à l’eau  potable en :

 

•    Acheminant de l’eau traitée par camion citerne en situation de crise jusqu’à ce que des sources plus permanentes soient trouvées
•    Purifiant les sources d’eau contaminées et les équipant en vue d’une utilisation sans risques pour la santé
•    Creusant de nouveaux puits et forages, ou les réhabilitant
•    Canalisant et en préservant les ruisseaux
•    Construisant et réparant des réseaux d’eau, essentiellement en milieu urbain
•    Installant des systèmes d’irrigation et en améliorant ceux qui existent déjà
•    Construisant des sites pour donner à boire au bétail

 

wash8_

Les systèmes sanitaires, la santé et l’hygiène d’abord

Les programmes sanitaires, de santé ou d’hygiène sont essentiels. Des collectivités entières peuvent tomber malades si l’hygiène est négligée. Des épisodes de choléra et de dysenterie, par exemple, surviennent fréquemment dans des collectivités qui boivent de l’eau contaminée ou qui manquent d’eau pour se laver et d’infrastructures sanitaires comme de simples toilettes. Les maladies infectieuses diarrhéiques entraînent la mort par déshydratation et compliquent les situations nutritionnelles. Outre par l’accès à l’eau,  s’attaque à ce problème en construisant des latrines et des bains publics et en mettant sur pied des réseaux d’assainissement pour assurer l’hygiène des collectivités. L’organisation humanitaire est également concernée, au delà des mises en œuvre techniques, par le développement de pratiques d’hygiène adéquates (il est prouvé que le lavage des mains et l’hygiène sont les meilleures armes contre la morbidité diarrhéique, précédant la construction de sanitaires (Fewtrell 2004).  

 

ACF installe des systèmes locaux d’assainissement, des réseaux de drainage et des latrines dans les familles, centres de santé et écoles, et améliore ceux qui existent déjà. Elle considère également les alternatives écologiques, latrines sèches, compost, pour minimiser l’impact environnemental.

Programmes durables pour une situation à long terme

wash4

Les bénéfices à long terme de nos programmes, néanmoins, seraient difficiles à maintenir sans notre engagement de tous les instants envers la participation collective. Mettre sur pied des services de distribution de l’eau et d’installations sanitaires, c’est beaucoup plus que de mener à bien des travaux techniques. Pour assurer l’appropriation de ces systèmes par les bénéficiaires, il faut compter sur une approche communautaire afin  d’élaborer conjointement le projet, d’encourager et de valoriser le travail et le potentiel local, la participation de la population, le sentiment d’appartenance et d’unir les énergies et les ressources. En organisant et en formant des comités pour l’eau dans les collectivités,  assure la pérennité de la gestion et l’entretien des systèmes que nous réhabilitons et que nous installons. Dans notre campagne pour vaincre la faim, l’eau potable et le contexte sanitaire sont aussi essentielle que la nourriture, mais seule la valorisation du savoir-faire local peut assurer leur durabilité.

 

Le fait que 2,6 milliards de personnes dans le monde soient obligées de déféquer dans des sacs de plastique, des seaux, des trous à ciel ouvert, des champs agricoles ou des endroits publics dans leur milieu de vie, devrait indigner l’opinion publique afin que des mesures concertées immédiates soient adoptées pour étendre l’accès à de meilleures installations sanitaires.
 

—    Rapport de l’équipe du projet du Millénaire des Nations unies sur l’eau et l’assainissement, intitulé « Santé, dignité et développement : comment y parvenir ? »

Les besoins en eau et assainissement à l’échelle planétaire soient d’une ampleur catastrophique, et les besoins dans le secteur augmentent du fait de l’accroissement de la population, de la pression sur la resource, des changements climatiques.  s’inscrit dans le défi des objectifs du millénaire avec son savoir faire, son expérience au service des populations les plus démunies.  défend le droit des populations, à commencer par les plus pauvres, à l’eau et à la dignité.

 

L’eau et l’assainissement, nouvelles priorités

L’eau et l’assainissement, nouvelles priorités

Un quatrième avion affrété par la Croix-Rouge française est arrivé à Saint-Domingue avec à son bord notamment du matériel pour les installations d’eau et d’assainissement (réservoirs et latrines), en cours d’acheminement sur Port-au-Prince. L’eau et l’assainissement sont les grandes priorités, en raison de l’augmentation continue de camps de fortune dans et autour de la capitale haïtienne.

L’eau et l’assainissement

40 sites sont désormais alimentés. Dix camions-citernes assurent des rotations permanentes entre les bladders (réservoirs d’eau souples) et ces sites. Deux stations approvisionnent notamment deux cliniques mobiles (allemande et japonaise), l’hôpital public Ofatma à Delmas, et deux camps situés à Carrefour et Delmas.
La production d’eau augmente au gré des nouvelles installations. Rien que dans la journée du 30 janvier, entre 250 et 300.000 litres d’eau ont été produits.

A ces réservoirs s’ajoute depuis plusieurs jours la pose de latrines, afin d’améliorer les conditions d’hygiène sur les lieux de rassemblement de population. Cinq sites pilotes ont été identifiés pour mettre en place les premières actions d’assainissement.

Les soins

Les soins – en direction des enfants surtout – représentent l’autre activité principale. Le dispensaire de Pétion-Ville poursuit ses consultations à raison d’une centaine par jour dorénavant. Un délégué de la Croix-Rouge française a rejoint l’équipe médicale pour assurer en parallèle une mission de soutien psychologique auprès des patients et des jeunes enfants. Cette activité est menée également à l’hôpital Ofatma et au sein de l’orphelinat de Kenskoff.

De plus, des cliniques mobiles effectuent par ailleurs des rotations dans le secteur de Port-au-Prince.

Abris et distributions

Les volontaires de la Croix-Rouge française mènent plusieurs actions de front afin de répondre à plusieurs besoins à la fois, au niveau des rassemblements de population, à Port-au-Prince mais aussi à l’extérieur de la ville., comme à Léogane et Jacmel, également très touchées par le séisme. Ainsi, sur le site de regroupement de Carrefour, par exemple, 200 tentes ont été distribuées aux bénéficiaires, en même temps que des kits de première nécessité.
De plus, 100 cantines familiales (shelter box) ont été données à l’Ambassade de France. Ces cantines comprennent des tentes, des ustensiles de cuisine, des couvertures, des produits d’hygiène, etc.

Accueil et soutien des personnes rapatriées

Alors que les rapatriements de ressortissants français touchent à leur fin, commencent ceux des personnes blessées nécessitant un suivi post-opératoire. Un homme a ainsi été pris en charge à Paris à la suite d’une amputation.
La Guadeloupe et la Martinique demeurent un soutien crucial dans ce dispositif qui pourrait prendre une ampleur importante dans les semaines qui viennent. Toutes les personnes victimes du séisme et de toutes nationalités peuvent désormais venir en France. Aucun visa ne leur sera demandé.

Des droits CMU leur seront octroyés pour trois mois à partir de leur arrivée sur le territoire (en Outre-Mer et métropole). Des lits seront mis à leur disposition, notamment dans les hôpitaux militaires. La Croix-Rouge française, l’une des rares sociétés nationales à posséder des établissements médico- sociaux – en particulier des établissements de soins de suite et de réadaptation – a été sollicitée pour accueillir ces personnes.

Pour faire face à un afflux de personnes et pouvoir assurer cet accompagnement dans la durée, la Croix-Rouge française a formé des citoyens de Guadeloupe afin de constituer un corps de réserve de l’urgence. Ces citoyens seront ainsi habilités à épauler nos volontaires lors de l’accueil des rapatriés.

Maladie de SANFILIPPO |
Nema Neem |
Association PHAG ESPOIRS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chroniquement sage ou Sagem...
| Le journal du boiteux
| regimeusedukan